• Follow us on
  • rss

Retours de jeunes

``Grandir, c'est savoir choisir, apprendre à écouter son cœur et son âme, à dessiner son propre parcours.``

Thierry Cohen

DANS MA CHAMBRE

Des élèves du lycée Hélène Boucher de Thionville ont eu l’occasion de découvrir le processus de création d’un spectacle en participant au dispositif « Fabrique d’une création ». Tout au long de l’année, ils ont assisté aux répétitions du spectacle Dans ma chambre écrit par Samuel Gallet et mis en scène par Jonathan Pontier. Ils ont pu par la suite échanger avec les artistes et leurs donner leur avis.

Après avoir vu la pièce lors de la Semaine EXTRA, certains d’entre eux ont désiré nous parler de cette expérience :

  • Je tiens à souligner le fait que la pièce a été très intéressante et m’a beaucoup plu.
    Je trouve qu’au fur et à mesure des répétitions, une évolution très impressionnante a été présentée lors de cette pièce. Au sujet de l’environnement, j’ai beaucoup aimé que cela se passe dans une yourte car nous avons vraiment vécu la pièce dans l’endroit même où celle-ci devrait se réaliser (concrétiser). Si cela s’était joué sur scène, ça n’aurait pas été aussi marquant, et on se serait beaucoup moins imaginé l’ambiance dans laquelle la pièce s’est déroulée. La musique, les jeux de rôles et les déguisements ont été très bien maîtrisés et bien pensés ! Cette pièce est très « accrochante » du début à la fin ! Les acteurs se sont donnés à fond, et cela a rendu la pièce encore plus belle en elle-même !

  • J’ai bien aimé participer à la création de cette pièce car c’était très enrichissant. Après avoir vu la première répétition (incomplète), j’avais envie de voir et d’entendre la suite. J’ai également beaucoup aimé l’après-midi où l’on a pu voir l’élaboration des musiques de la pièce. Ensuite, lors de la représentation finale, j’ai trouvé les acteurs très investis et convaincants ; les musiques adaptées. Le texte de la pièce faisait énormément réfléchir et j’ai vraiment apprécié l’humour présent au début de la pièce.

  • Je trouve que les acteurs ont bien joué, ils ont réussi à me transporter dans la pièce, dans la chambre de Karl.
    J’ai eu la chance de voir l’évolution de la pièce et d’avoir participé à un atelier, où j’ai découvert plein de choses, c’était amusant.
    J’ai beaucoup aimé la pièce, j’ai également aimé le fait qu’elle se déroule dans une yourte, car on a vraiment l’impression d’être dans la chambre de Karl, avec les coussins, le lit mais également le jeu de lumière. J’ai aimé le scénario, il y avait des moments amusants, qui nous font rire et aussi des moments tristes où l’on peut éprouver de la compassion pour Karl comme, par exemple, quand il parle de son père qui n’est pas là. J’avoue qu’à ce moment-là, je me suis sentie un peu gênée car je comprends ce que Karl a ressenti. Sinon l’histoire est géniale ! La musique s’accordait bien avec l’histoire, j’ai trouvé cela vraiment agréable.
    Merci Beaucoup.

A LA RENVERSE

Lors de la Semaine Extra, un bout de Bretagne s’est glissée dans le gymnase de la citée scolaire Charlemagne de Thionville avec la pièce A la renverse, écrite par Karine Serres et mise en scène par Pascale Daniel-Lacombe. Certains élèves de seconde du lycée Hélène Boucher nous partagent leurs impressions sur ce spectacle :

Une pièce de théâtre « renversante »

A l’occasion de la semaine EXTRA, une intégration dans le monde énigmatique de l’adolescence, je me suis retrouvée le mercredi 30 mars 2016 dans un gymnase face à la mer. Incroyable non? C’est l’effet que nous donne la pièce de théâtre « A la renverse » écrite par Karine Serres et mise en scène par Pascale Daniel-Lacombe.

Carol Cadilhac et Elisa Ruschke alias Gabriel et Sardine sont les seuls acteurs de la pièce. Ils se retrouvent deux fois par an, face à l’océan, sur un banc bleu. Tels des enfants ils partagent leurs rêves, leurs désirs. La comédienne joue ici le rôle d’une jeune fille qui veut dépasser les frontières, découvrir les horizons, le monde avec un grand M. Quant à Carol, lui interprète un jeune homme qui veut juste venir habiter près de son amie dont il est follement amoureux.

La disposition bi-frontale de la scène me laisse perplexe au début. Les décors et les acteurs sont à deux pas de nous. Au fil du spectacle on comprend ce choix judicieux. Nous ne sommes plus seulement le public, nous faisons partie de l’histoire. Nous sommes les acteurs principaux. Grâce à cette disposition, on arrive à suivre leur complicité, leur déchirement, leur non-dit. Cela rend les émotions plus intenses, plus réelles. On vit la scène.

Sardine doit partir loin pour ses études. Son rêve se réalise enfin. Elle va devoir quitter Gabriel, qui lui n’a aucune envie de la voir s’en aller. Mais après tout, qui est-il pour l’empêcher de vivre son rêve? L’oiseau prend alors son envol pour explorer des choses nouvelles et se trouver un nouveau nid.

Enfin je dirais que cette pièce est didactique. Elle nous plonge dans l’univers de deux « ados » qui ont peur de s’aimer. Ils commencent tous deux une vie d’adulte, pleine de péripéties. Le jeu des acteurs joue beaucoup sur le message que ce spectacle essaie de véhiculer. Carol et Elisa ont réussi à nous transporter avec eux, au-delà des horizons de l’océan.

Je recommande donc fortement d’aller voir cette pièce qui « renverse » le public et qui nous fait voyager au cœur de la Bretagne.

Nekita D., 2nde01 – Lycée H. Boucher

A la renverse ! Nuage de rêves illustrant la « fleur de l’âge »

Ce mercredi 30 mars 2016, par une journée venteuse et pluvieuse, j’ai passé une matinée remplie d’émotions en assistant au spectacle « A la renverse ! » de dix heures à onze heures dix à l’occasion de « la semaine EXTRA» où adolescents sont amenés à voir, imaginer des pièces de théâtre qui les touchent particulièrement. En effet, je découvre avec délectation et avidité ce spectacle racontant une histoire tendre, douce et touchante entre deux regards, ceux de Gabriel et Sandrine. Vous pourrez découvrir ce spectacle le mardi 29 mars (à 10h et 15h), ainsi que le mercredi 30 mars (à 20h 30 et 10h). Ainsi, vous vous laisserez prendre dans leur univers comme on s’endort en rêves par ce texte de Karine Serres et une mise en scène de Pascale Daniel-Lacombe.
Je suis installée dans une salle comble, au lycée Charlemagne au milieu de lycéens et de collégiens attentifs et curieux. Assis en cercle autour de la scène, en totale intimité et interaction avec les acteurs, nous nous laissons surprendre. De plus, j’aperçois deux personnages, l’un est assis sur un banc, l’autre y est adossé. Dans cet espace bi-frontal, Sardine et Gabriel sont face à la mer, en tête à tête avec ce décor envoûtant qui les fascine. Leurs regards se croisent et de leurs voix claires, commencent à imaginer, créer. Que peut-il y avoir de l’autre côté ? Les acteurs sont brillants. De plus, un acteur, peut-être un figurant car il ne dit mot, m’a un peu déstabilisée.
On apprend par la suite que Sardine a toujours vécu en Bretagne. Gabriel, lui, habite dans l’Est. Ils nous témoignent, au cours de leur histoire, leurs souvenirs. Beaucoup plus jeunes, les deux enfants se sont rencontrés au festival de Douarnenez. Leur jeu précis mêle mélancolie et voyage teintés d’une pointe d’humour. Je suis happée, bouleversée, par ces souvenirs. Ils nous expliquent qu’ils continuent de se voir, en février et en été, les années qui ont suivi. Les acteurs parlent avec une voix envoûtante. Déconnectée de la réalité, je me laisse emporter par leurs voix magnifiques.
Mais un problème, auquel ils devront faire face, va survenir. Les deux jeunes gens, vivent des rêves opposés. Sardine, elle rêve de découvrir les Etats-Unis et le monde, rêve idyllique que nous connaissons tant. Elle veut également découvrir la neige, représentée ici par des boules de papier. A ce moment-ci, les acteurs sont dos à la scène, un peu gênant pour moi car je ne saurais dire ce qui faisait office de vent.
Parallèlement, une histoire d’amour se dessine en filigrane. Et puis, j’ai compris. J’ai compris à travers ces regards, l’importance de se comprendre et de s’écouter, la solitude, la rage de vivre, l’amour et le désamour, le jour et la nuit, la marée haute et la marée basse, la renverse, le doute et cette détermination.

Je suis extrêmement touchée et émue. Je tiens à vous remercier d’avance de m’avoir lue et écoutée.

Ilana L. , 2nde01 – Lycée H. Boucher

Le 30 mars 2016

Sentiments et pensées du coeur

Vu le : Mercredi, 30 mars 2016
Rédiger par W. Quentin, 2nde01 – Lycée H. Boucher
Pour le journal Spectacles
Paru le : Vendredi, 1 avril 2016

Suite au déroulement de la semaine EXTRA, je suis parti dans un gymnase, celui du lycée Charlemagne de Thionville. En  effet, ce n’est pas un  simple gymnase. Vous vous demandez pourquoi ?  En effet, ce gymnase a été transformé en théâtre. Mise en scène par Pascale Daniel-Lacombe, adaptée du texte de Karine Serres, la scène est constituée par un espace bi-frontal où les spectateurs sont sur deux gradins de part et d’autre du ponton éclairé par quatre lampadaires avec une légère obscure clarté blanchie par une infime brume. Laissant en place une scène qui joue avec les acteurs, et les acteurs qui jouent avec la scène.
Pour faire simple, cette œuvre théâtrale est l’histoire de deux amoureux : Sardine et Gabriel qui se connaissent depuis l’enfance. Et depuis ce jour de merveilleux et extraordinaire carnaval où ils se sont rencontrés pour la première fois, ils se retrouvent chaque été et chaque mois de février sur un banc bleu au Finistère, face à la mer. A chaque fois, cela est plus dur pour les deux âmes sœurs de se quitter. Je comprends leurs sentiments de tristesse car l’un vit en Bretagne et l’autre dans l’Est de la France.
Les deux acteurs jouent à la perfection leurs rôles laissant passer  leurs sentiments sur toute la scène où l’on trouve simplement un banc bleu, quatre lampadaires d’où passe une infime lumière bleuâtre sur le long du ponton. Il y a un grand talent de création de lumières, de créations sonores ainsi que de compositions musicales. Cette histoire repose sur plusieurs thèmes comme le voyage, l’amour et la mer. Notre chère Sardine est une femme rockeuse cherchant le voyage et la joie personnelle alors que Gabriel est un homme simple, agile et musicien qui cherche juste un endroit calme où il veut vivre heureux près de sa bien-aimée.
En effet, ces deux personnages chantent d’une voix angélique des chansons de toutes origines partant du rock à la musique espagnole comme par exemple le flamenco. Sardine et Gabriel, d’une excellente gestuelle, pratiquent aussi de très nombreuses imitations comme  celles d’animaux qui réchauffent l’ambiance de la salle avec des éclats de rires et de joies. Mais lors de certains moments difficiles pour les personnages, le public ressent de l’empathie, de la pitié et de la tristesse. Toute la scène est remplie d’émotions et tout du long, ils nous font  voyager dans leur monde et leurs histoires.

J’ai particulièrement apprécié cette pièce, et je vous recommande sincèrement aussi de vous transporter dans leur monde.

Scroll to Top