• Follow us on
  • rss

Nous Sommes

SEMAINE EXTRA / NEST THEATRE DE THIONVILLE

Etablissement scolaire Hélène Boucher

Atelier d’écriture du vendredi 1er avril

Avec les 3ème 4

Nous sommes adolescents, inconnus, sportifs.
Nous sommes le basket, la limite, la victoire.
Nous sommes les pires, la vie, la flamme.
Nous sommes rares, croustillants
Mais nous sommes surtout la poussière parmi toutes les poussières

Nous sommes invalides, vitrines brisées et développement condamné
Nous sommes l’œil des femmes, croquis libres
Nous sommes l’enfance inconsciente, innocente
Nous sommes ennemis des faux rôles nous sommes la vie

Nous sommes la légende, le piano, le hasard, Ulysse et David, le vaste monde, flamme de l’univers
Nous sommes souriants, des routes dynamiques, le passage piéton manquant de temps
Nous sommes le voyage, la mer, les parcs aquatiques, le soleil, la modernité
Nous sommes les colis, les valises, les messages, les tourbillons, les flammes

Nous sommes l’amour des pauvres hommes et femmes aux yeux fatigués
Nous sommes les jeunes musiciens de Moscou aux cœur en or
Nous sommes la peur du génocide
Nous sommes la liberté de la Palestine

Nous sommes des rumeurs, gentilles et nulles
Nous sommes frères cousins cousines
Nous sommes stupéfaits, époustouflés, généreux
Nous sommes des feux, rouges, verts et oranges
Nous sommes serviables, amicaux et aimables

Nous sommes grands
Nous sommes PARIS MARSEILLE AIX EN PROVENCE LYON
Nous sommes des statistiques, des puissances, des fonctions
Nous sommes vrai-e-s

Nous sommes enfants, adolescents, adultes
Nous sommes tous insouciants
Nous sommes en France
Nous sommes la terre et la mer

Nous sommes puissants et crétins
Nous sommes parc, maison, immeubles et jardins
Nous sommes roux, punk, noir, musicien
Nous sommes soleils, champs, neiges, fleurs, cascades et mer

Nous des voyages naturels et lointains
Nous enfance de la France
Nous sommes la population du futur
Nous sommes maître du destin

Nous sommes heureux, honnêtes, vrais
Nous sommes des chemins
Nous sommes libres
Nous sommes de jeunes poètes

Nous sommes le sopalin
Nous sommes le chocolat
Nous sommes les coquillages de la mer noire
Nous sommes les chips au poulet

Nous sommes mer, plage, piscine,
Nous sommes soleil, lumière, feu d’artifice…
Nous sommes ciel, nuage, arbre, vacances
Nous sommes jeunes, adolescents, malades et heureux

Nous sommes terre et air, anges et démons, Paradis et Enfer
Nous sommes les maîtres de nos destins
Nous sommes le cœur d’une personne, l’encre d’un stylo, le soleil de l’enfer
Nous sommes les magiciens d’une nouvelle génération

Nous sommes la victoire et la fin
Nous sommes guerriers classes comme Achille
Nous sommes les rois avec le château
Nous sommes des chats des chiens avec un homme

Nous sommes des poètes d’or, des flambées bleues, des légendes effilochées, d’étranges et insouciants albatros dans l’atelier du jour
Nous sommes des portes sombres à deux battants ouvertes sur la violence, la bêtise, le mensonge et l’horreur
Nous sommes des livres à écrire

Nous sommes agaçants
Nous sommes bien nazes, des victimes, des pigeons, des bélugas
Nous sommes maman triste papa heureux
Nous sommes pourquoi immeubles routes et collège

Nous sommes des étudiants débiles
Nous sommes des séries sur NETFLIX
Nous sommes des légendes en vie
Nous sommes des pigeons mais nous sommes heureux

Nous sommes au regret de témoigner de l’inattendu s’il n’est pas savoureux
Nous sommes une succession de paysages qui défilent lentement
Nous sommes des rouspéteurs face aux minutes de mauvaise foi
Nous sommes indifférents aux pigeons quoi que

Nous sommes des fleurs réservées
Nous sommes pas des modèles
Nous sommes des oiseaux qui vont prendre leur envol
Nous sommes des impasses

Nous sommes installés, fatigués, cassés, handicapés
Nous sommes des bombes pour la nature
Nous sommes les conséquences de l’histoire
Nous sommes le cœur d’une naissance

Nous sommes mauvais poètes, couchés dans un plaid
Nous sommes adolescents et bêtes
Nous sommes sportifs et déterminés
Nous sommes solution à toute équation

Nous sommes capables mais à la traine
Nous sommes les flammes du braisier de notre propre folie
Nous sommes la base d’une tour qui disparaître dans la brume
Nous sommes mers, estuaires, voiliers

Nous sommes un chat, un chien, un oiseau ou un âne
Nous sommes enfants, parents, écoles ou cantines, un tableau, un exemple, une longueur et un nombre
Nous sommes une plage, la mer, le sable et la chaleur
Nous sommes des copines, des coéquipières

Un état de vacuité intense
Une sensation d’engourdissement général
L’impression de ne plus s’appartenir
Lente descente insensible
Pas forcément désagréable
Mais fondamentalement vertigineuse

Les muscles qui se contractent
Le cœur qui bat au galop dans al poitrine
Une sensation de puissance inébranlable
La volonté de détruire tout son entourage
Même les choses qu’on considérait comme les plus chères
Avant cet état de violence extrême
Il n’y a plus de réflexion
Seulement cette larme chaude qui stagne sous la paupière
Cette impression d’évolution puissante tel un pokémon

Nous sommes

Une sensation d’explosion
Une sensation d’arrêt de stop
Une sensation de tout voir en rouge
Une sensation de brûlure à vif
Une sensation de vengeance de revanche
Une sensation de crier d’être seul
Une sensation de douleur profonde dans le dos
De chaleur mais de courant d’air frais
Une sensation d’attaque éclair

Une sensation de brûlure dans l’estomac principalement dans tout le corps
Un manque de confiance
Une envie de pleurer de n’adresser la parole à personne
Une envie de hurler jusqu’à en perdre les cordes vocales
Une espèce de vide dans son esprit
Un sentiment d’incompréhension totale et tant de questions se bousculent sans réponse
Une sensation que notre corps ne nous appartient plus
Une envie de ne rien faire de s’isoler de se cacher

Une espèce de cyclone à l’intérieur de soi
Son propre corps comme celui d’un étranger
Une sorte de rupture avec la réalité
L’impression que je ne suis qu’un spectateur à l’intérieur de moi
Comme un mauvais film dont on connaît déjà la fin sans pouvoir s’arrêter
La sensation que le monde autour est en suspens
Se planter les ongles dans la paume à s’en faire saigner
Le corps tendu comme un arc prêt à rompre
Un geste déjà amorcé sans penser aux conséquences

La sensation que mes jambes étaient de l’eau
La sensation que j’avais des fourmis dans les mains
La sensation que j’étais un pikachu
La sensation d’avoir été attaquer par l’attaque de pikachu

Pendant un instant la sensation était terrible
Plus le contrôle de rien ni du corps ni de ma tête
Les jambes étaient paralysées pendant au moins 30 secondes
La peau était dure et des frissons
Mon corps avait froid

La sensation du cou qui se décroche, les mains moites, des fourmis dans les jambes.
La sensation de ne plus voir, de ne plus entendre, de faire abstraction de tout.
L’effet de peur, d’angoisse ou encore de mal être
Le sourire qui se forme sur tes lèvres ou tes larmes greffées aux yeux
Les lèvres qui tremblent quand tu parles
L’effet de manque quand tu relis des messages

Mal au ventre, à la tête
Envie de vomir
Cette boule dans le cœur
Qui te donne cette impression que tu vas exploser
Cette contraction au niveau de tes doigts
Cette envie de frapper
La sueur sur ton front

Un état de fatigue absolue et un état de transe inimaginable
Le désespoir s’installe
Une lumière s’ouvre en face de soi
Une sensation de puissance inconnue qui traverse les muscles du corps
L’adrénaline qui monte jusque dans le cerveau
Une action de légende s’est réalisée
Le peuple l’acclame
Le désarroi sur le visage de l’ennemi
La gloire qui s’ajoute dans le palmarès du héros

Cette sensation de perdre le contrôle de soi-même est complètement étrange. On ne sait plus ce que l’on fait, on se croit dans un autre monde loin de tout. Enfermé dans une pièce seul avec soi-même. Ce moment. On se sent mal. On perd le contrôle de soi.

Une impression de non contrôle, des sentiments brusques et violents, la sensation de ne pas être libre, le sang qui brûle dans les veines, l’accumulation et la frustration puis enfin la délivrance.

Sensation de fourmillement dans la tête qui semble enfler, gonfler, tandis que les vertèbres se liquéfient. La faiblesse s’étend de la nuque en étaux vers les tempes. Faiblesse et vertige le cœur brûle et se tord.

C’était un jour y a deux ans on m’a annoncé quelque chose que je ne pourrais pas expliquer mais que tout le monde peut comprendre. J’étais mal, mes larmes coulaient, ma respiration était de plus en plus forte.

Une sensation de brûlure monte dans ma poitrine, une colère immense prend possession de mon corps. Un espèce d’étouffement prend place en moi. Un effet d’adrénaline, à quoi je succombe me voit dans une colère noire.

Une sensation jamais découverte auparavant. La contraction des membres. Les différents moments du crâne. Les veines aussi gonflées que des bouches d’aération. Les yeux virent au blanc. La salive n’atteint plus ma bouche. Mes orteils se rétractent tel un escargot. Etre tel un démon.

Cette sensation qui engourdit vos bras vos jambes. Votre respiration qui s’accélère. Une espèce de migraine qui vous met à bout. Votre pouls augmente à un tel point que vous pensez qu’il va sortir de votre corps. Cette sensation qui prend le contrôle de vous-même à en devenir violent(e). Votre sang devient chaud que vous avez l’impression de le sentir passer dans vos veines. Cette sensation de ne plus contrôler votre corps comme si quelqu’un vous prenait pour une poupée de bois. Vous avez chaud. Très chaud que vous étouffez au fond de vous.

Une sensation de rage les muscles du corps tout contractés une espèce de transformation du diable. Envie de tout casser, de frapper tout le monde mais en même temps une sensation de peur, de ne pas lâcher les bras, de continuer à se battre. Le corps brûlant comme une flamme. La transpiration qui coule comme une fontaine. Cette sensation qui se passe en boucle durant un moment précis de la vie. Et quand cette sensation s’en va un soulagement énorme comme si on volait comme un ange.

Une sensation de bonheur mais l’envie de disparaître
La sensation de n’être plus là
L’impression que mon corps va exploser
Et voir mes muscles se décomposer

Car

Le pouvoir du dieu commence à disparaître, la force d’Hercule, la magie de Zeus, Poséidon, Hadès, la stratégie Athéna, Alexandre le Grand. Le monde du passé devient la légende. Les sentiments du passé n’ont plus de force et deviennent faibles et tristes. Tous les gens du passé deviennent tristes car ils n’existent plus.

Scroll to Top